Tantei Mania : la manie des détectives

Consacré au manga Détective Conan et à ses fans
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Retour inattendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shinattori
Le Ficceur Fou
avatar

Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Retour inattendu   Sam 23 Sep - 7:53

Salut c'est Shinattori. C'est dans ce topic que je posterai mes fics. Je vous fais grâce de la première que j'ai écrite (débutant que j'étais) et je vous montre ma seconde. Bonne lecture.

Retour inattendu :

Chapitre 1 :

Ran et Sonoko se rendaient à l’aéroport pour accueillir Makoto, qui venait d’achever un tournoi et qui passait quelques jours à Tokyo. Ran soupira, la disparition du jeune garçon quelque mois plus tôt l’avait attristé mais elle ne voulait pas que ses amis subissent les séquelles de sa mauvaise humeur alors elle chassait celui qu’elle considérait comme son petit frère de ses pensées et souriait. Mais elle ne pouvait se mentir, Conan lui manquait et depuis quelque temps elle se remettait à penser à Shinichi. Où était il ? Va-t-il bien ? Quand va-t-il revenir ?

- Ça va Ran ?demanda Sonoko d’un air inquiet

En effet depuis le début de la réflexion intérieure de Ran, cette dernière n’avait cessé de la dévisager d’un air inquiet.

- Oui ne t’inquiète pas. Au fait sais tu qui est l’ami que Makoto a évoqué dans sa lettre ?dit elle pour changer de sujet

- Non je n’ai ni description, ni nom de cette personne. Dans sa lettre il disait qu’il nous la présentera une fois arrivée.

Ran se demandait pourquoi faire tant de mystère sur l’identité de l’ami ? La raison évoquée par Makoto était qu’il voulait faire les présentations lui-même. Ran réfléchit et se dit qu’il était possible que ça soit une personne qu’elle connaisse. Mais dans ce cas pourquoi ne pas les avoir avertit…

- On arrive, cria Sonoko

C’est sur cette rêverie qu’elles arrivèrent à l’aéroport. Elles se dirigèrent vers la porte 4 après s’être fait fouiller.

Une fois sur place, elles attendirent trois quart d’heure durant lesquels la discutions s’orienta vers les vêtements puis elles parlèrent de tout et de rien jusqu’à ce que la silhouette de Makoto se profile dans l’embrasure de la porte d’embarcadère. Derrière lui, un jeune homme de dix huit ans, les cheveux bruns en bataille ayant une musculature entretenue régulièrement le suivait.

Quand Ran vit le fameux ami de Makoto, elle ne put contenir un cri de surprise avant de se jeter dans les bras de ce dernier en fondant en larmes.

- Shinichi SHINICHI

Le garçon sourit en voyant son amie d’enfance et fut surprit de la voir se blottir dans ses bras. Sonoko était consternée de voir que Makoto connaissait Shinichi. Mais comment …

Makoto la regarda et compris.

- Allons nous asseoir, on sera mieux pour parler, dit il en montrant un café.

Les filles acceptèrent, Ran ne détachant pas les yeux de Shinichi.

- Par quoi commencer ? Voyons… Bon alors voilà il y a 3 ans, Shinichi est venu enquêter à propos d’une lettre de menace. La lettre lui disait que si jamais les organisateurs des tournois d’hiver ne leur versaient pas un million de yens, une bombe placée sous le stade exploserait et tout ceux qui était à l’intérieur mourraient inéluctablement. Pour ne pas se faire remarquer, il a prit également part au tournois.

Les filles sursautèrent à l’annonce de cette nouvelle. Depuis quand Shinichi pratiquait il un art martial ? Ce fut Sonoko qui se ressaisit la première.

- Comment ça prendre part au tournoi ? Alors qu’il ne pratique aucun art martial ?

- Vous ne le savez pas ? Shinichi est ceinture noir sixième dan de Karaté.

Les filles furent prises au dépourvu. Shinichi, champion d’arts martiaux !

- Mais c’est impossible, dit Ran un peu inquiète

Elle jeta un regard vers Shinichi et fut choqué de voir que cette information ne le surprenait pas. Ainsi elle dut se résigner à écouter le reste du récit.

- Il ne bernait pas son grade car il arriva en demi-finale, reprit il. Mais à ce moment là, un imprévu arriva.

Chapitre 2 :

Durant tout le temps du discours les yeux de Ran s’étaient progressivement agrandis sous l’effet de la stupeur. Une fois le flot de parole arrêté, elle jeta un nouveau regard à son ami d’enfance. Les traits de son visage étaient déformés par la tristesse, son regard était brouillé comme s’il allait pleurer. Ran ne l’avait jamais vu comme ça, elle sentit que quelque chose c’était passé mais quoi ? Sonoko, elle, observait Makoto. Pendant qu’il énonçait les faits son regard s’était obscurci. Sa mine était grave et il n’avait pas dut dormir très longtemps comme en témoignait des cernes imposants. Tout comme son amie elle comprit que quelque chose ne tournait pas rond.

Shinichi sortit de sa rêverie le premier

- Allons y, nous n’allons pas camper ici tout de même, dit il d’un ton qui se voulait reprochant

Les filles, rappelés dans le monde réel, se confondirent en excuse. Une fois les cafés payés, ils décidèrent d’amener les valises jusqu’à chez Shinichi. En effet, il se trouvait que Makoto allait vivre chez Shinichi un petit moment. Cette révélation intrigua les filles qui se demandèrent pourquoi il allait vivre chez Shinichi alors qu’il a un appartement à Tokyo.

Les discutions sur le trajet du retour étaient diverses et variés. Dès lors que l’on abordait le sujet du pourquoi Shinichi avait rejoint Makoto, les garçons répondaient évasivement et changeaient immédiatement de sujet.

Ce jeu dura une bonne partie du chemin, jusqu’à ce que Sonoko, harassé de ces discutions inutile ne dise :

- Que nous cachez vous ? Depuis que vous êtes arrivé, vous êtes bizarre et à chaque fois qu’on parle de votre absence vous changez de sujet.

- Je suis désolé mais à cette question nous ne pouvons apporter de réponse, dit Shinichi d’un ton las.

Depuis leur arrivé il était certain que ce n’était qu’une question de minute pour que l’heure fatidique arrive et que cette question leur soit posé. Il s’y était préparé mais il savait que d’une part il ne pouvait pas leur répondre et d’autre part que s’il ne leur répondait pas il risquait de les offenser et ça c’était la dernière chose qu’il aurait souhaité.

Le reste du trajet se fit dans le plus grand silence, chacun étant perdu dans ses pensées. Une fois arrivée à destination, les garçons prétextèrent ranger leurs affaires et ensuite préparer le lit de Makoto pour que les filles les laissent. Il y eu un temps de silence pendant qu’ils firent les besognes qui avaient servi à éloigner les filles, puis Makoto entama à nouveau la conversation :

- Alors qu’en penses tu ?

- De quoi parles tu ? Répondit Shinichi, toujours concentré sur le rangement

- Des soupçons de Ran et Sonoko. Ne me dis pas que tu n’as rien remarqué, dit Makoto légèrement surpris

Il arrêta sa besogne et regarda Makoto avant de répondre

- Elles se doutent de quelque chose reste à savoir de quoi. Sinon il ne sera pas possible de parer à leur question efficacement lorsqu’elles en poseront.

- C’est vrai mais il ne faut pas non plus que ça contrarie nos plans, dit Makoto d’une voix ferme.

- Tant que notre mission ne sera pas achevée nous devrons les tenir hors du secret. C’est la seule solution pour qu’elles soient en sécurité.

- Oui mais comment savoir si elles ne sont pas déjà au courant de nos intentions.

- Pour ça j’ai un plan, le rassura Shinichi

Il sortit son portable et tapa un numéro. Quelques secondes passèrent le temps que la personne décroche.

Allo Ran, c’est Shinichi à l’appareil, Makoto et moi avons terminé de ranger alors que diriez vous de manger dehors ce soir ? Où ça ? Pourquoi pas au café Poireaux en bas de chez toi ? D’accord 8 heures en face. Allez je t’embrasse bye.

- Alors ? Demanda Makoto

- Nous avons rendez vous à 8 heures au café Poirot.

- Et que nous apporterons ce repas ?

- Les réponses à nos questions, dit Shinichi en souriant

A l’autre bout du fil Ran souriait en se disant également que ce soir les masques allaient enfin tomber.


Dernière édition par le Lun 25 Sep - 10:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinattori
Le Ficceur Fou
avatar

Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Retour inattendu   Sam 23 Sep - 7:53

Chapitre 3 :

A l’heure convenu, les garçons arrivèrent devant le lieu de rendez vous. Ils trouvèrent leurs amies déjà installées dans le café comme il était convenu. Ran avait revêtu un tee shirt blanc avec un jean bleu mais malgré la simplicité de sa tenue, Shinichi la trouva éblouissante. Sonoko, elle, avait mis pour l’occasion une jupe très courte beige avec un haut assortit. Contrairement à Ran, elle avait mis du maquillage en grande quantité et lorsque Makoto la vit, il ne put réfréné les battements de son cœur qui s’étaient brutalement accéléré. Le trouble des garçons était sûrement visible car les jeunes femmes s’empourprèrent à leur vue.

Une fois remit de leurs émotions, Shinichi proposa :

- Bon je crois qu’on peut commander maintenant

Makoto, qui n’avait pas détaché des yeux Sonoko, se rendit compte que depuis leur arrivé il s’était déjà écoulé un quart d’heure. Sonoko, gêné par le comportement de Makoto à son égard, avait gardé la tête baissée, comme si elle avait honte de la scène qui venait de se passer. Ils se mirent tout deux à regarder la carte avec empressement jusqu’à ce qu’une serveuse leur demande leur commande.

La commande passée, ils purent engager la conversation. Alors que le sujet des tournois de Karaté battait son plein, Sonoko fit basculer la discussion sur justement le pourquoi Shinichi avait appris le Karaté. Quand elle posa cette question, Shinichi put acquérir la certitude que Ran et Sonoko ne savaient rien. Cependant le fait qu’elles insistent lui indiqua qu’ils devraient se montrer particulièrement vigilant vis-à-vis d’elle pour éviter qu’elles ne flairent la moindre piste.

Le repas passa vite et l’addition payée, on proposa de sortir se balader. La température était glaciale dehors et quelque pas suffirent à faire regretté à Ran de ne pas avoir pris un pull. Shinichi la voyant tremblé, défit sa veste et la donna à Ran. Ce geste inopiné l’a pris au dépourvu et elle ne put empêcher ses joues de rosir.

- Prends le je vois très bien que tu as froid et je ne veux pas que tu attrapes une grippe, dit il sérieusement

- Mais et toi ?

- Ne t’en fait pas j’en ai vu d’autre et puis si tu vas bien j’irai bien.

Cette réponse ne fit qu’aggraver le rose qui colorait son visage. Elle regarda son ami dans les yeux mais ne voyant pas de signe qui pourrait contre indiquer sa déclaration elle dut s’incliner. Aussi ce fut un véritable feu d’artifice lorsqu’elle enfila la veste, cette dernière portait encore l’odeur de son propriétaire, une odeur qu’elle n’avait pas sentit depuis bien longtemps. Elle jeta un regard plein de gratitude à Shinichi et celui-ci lui répondit en affichant un sourire bien veillant.

Sonoko, qui avait observé toute la scène, essaya d’user su même stratagème avec Makoto, mais ce dernier plus timide que Shinichi ne comprit pas où elle voulait en venir. Finalement elle abandonna en se disant que sa relation avec Makoto n’était pas assez approfondie et qu’il faudrait qu’ils apprennent à mieux se connaître pour pouvoir faire ce genre de chose.

Après l’évènement que nous venons de narrer il fut décidé qu’ils se rendraient à un karaoké.

Lorsqu’ils arrivèrent, ils virent qu’il y avait trop de monde pour espérer pouvoir chanter, ce qui ne déplut pas à Shinichi. Ne trouvant pas d’autres idées, ils vagabondaient dans la ville en ne sachant que faire. Au bout d’un moment Makoto regarda sa montre

- Shinichi regarde !

- Quoi ? Dit il inquiet

Le ton employé par Makoto ne lui plaisait guère.

- Il est 11H15

- Quoi !

Shinichi paraissait affolé mais les filles ne comprenaient pas la cause de toute cette agitation. Quelque instant suffit à Shinichi pour se reprendre.

- Bon désolé mais il faut qu’on y aille, dit il assez pressé

- On se reverra demain, ajouta Makoto

Avant qu’elles n’aient eu le temps de dire quoi que ce soit, ils s’étaient mis à courir et la distance qui les séparait augmenta. Au fur et à mesure que celle-ci s’accroissait, un sentiment envahi Ran de tout son être. Le même que lorsque Shinichi était partit la dernière fois sauf que aujourd’hui elle ne comptait pas le laisser partir comme ça.

- Viens vite sinon ils vont nous semer, cria-t-elle à Sonoko

Et c’est ainsi que Ran et Sonoko suivirent leurs amis, loin de se douter que de nombreuses surprises les attendaient tout au long de cette soirée.

Chapitre 4 :

La course fut longue et à un moment les filles crurent que c’était un canular mais les airs sombres des karatékas leur montraient bien que cela était impossible. En fin de compte ils arrivèrent devant une villa abandonnée comme le montrait la façade extérieure couverte de crevasses et de plantes grimpantes. Cette vision ne plut guère aux compagnes des fuyards qui se demandait dans quelle affaire ils étaient allés fourrer leur nez. Ils entrèrent après 10 minutes de surveillance pour voir s’ils avaient été filés, suivi de près par les jeunes filles. Ces dernières furent tétanisées lorsque la porte se referma. Passé la salle à manger, des pièces bien meublées et bien chauffé faisaient leur apparition. Mais elles ne purent s’attarder au risque de se perdre dans l’immensité de la demeure.

Finalement, les garçons s’engouffrèrent dans une autre pièce. Elle n’avait rien de plus que les autres à la différence que 3 personnes les attendaient. Une voix leur dit :

- Vous êtes en retard

Le vieil homme prononça ses paroles très sévèrement.

- Désolé mais nous ne pouvions aller plus vite au risque de paraître suspect et de se faire suivre, dit Shinichi légèrement honteux

- Mais qui nous dit que justement vous ne vous êtes pas fait suivre, dit un autre homme sur un ton glacial

Cette fois Ran le reconnu, il s’agissait de l’homme qu’elle avait vu à New York bien des années auparavant.

- Tout doux, il ne faut pas oublier qu’ils étaient accompagnés et que Tokyo est une ville vaste, dit une femme

Cette fois, le cœur de Ran et de Sonoko failli vraiment s’arrêter tellement la surprise était énorme. Le professeur Jodie ici !

- Bon passons à l’essentiel si vous le voulez bien, reprit Jodie visiblement excité

- Avant de commencer, il faudrait attendre tous les invités, fit remarquer une nouvelle arrivante qui attendait sur le pas de la porte depuis plusieurs minutes.

Elle était jeune, avait des cheveux auburn et était vêtu d’un gilet pare balle. Derrière elle se trouvait un homme jeune qui portait également une blouse blanche, des lunettes et un pull fait à la main.

- Shiho ! Mais que fais tu là ?l’interrogea Makoto

- On m’a rappelé pour cette mission, je ne suis d’ailleurs pas la seule, répondit elle en désignant l’homme derrière elle.

- Tomoaki quel bonne surprise ! s’exclama Shinichi en lui serrant la main

- Ça fait plaisir de te voir en dehors de ta clinique, lui dit Makoto

- Pour sur ! Mais en parlant de cela est-ce que tu as encore mal ?

Les jeunes filles étaient encore plus perdu qu’avant. Ce rassemblement secret,cette blessure dont parlait le docteur Araide,cette fille prénommé Shiho avec qui Shinichi avait l’air de s’entendre et surtout la présence de leur professeur d’anglais et de deux hommes suspects,tout cela en faisait trop pour elle. Mais elles ne s’attendaient vraiment pas à ce qu’elles allaient entendre.

- Bon assez tergiversé, commençons !fit l’homme au bonnet noir

- Si nous vous avons tous réuni ici, c’est parce que nous croyons avoir retrouvé la trace de l’organisation.

A ces mots le silence revint dans la pièce.

- Nous pensons qu’ils auraient un QG dans la ville. Votre objectif : Le trouver. Est-ce clair ? Vous ne devez pas agir seul contre eux, c’est bien trop risqué, si un de nos agents se faisait capturé ils comprendraient que le FBI est derrière tout ça et ce serait l’échec de la mission. Nous allons donc faire 3 groupes de recherches. Jodie et Araide, Shu avec moi et Shinichi, Shiho et Makoto ensemble. Le commandement du groupe revient à Shinichi. Shiho vous irez vivre chez Shinichi. Compris. Vous pouvez y aller et bonne chance à tous.

Pendant qu’ils se retiraient, les jeunes femmes essayaient d’assimiler et de comprendre tout ce qu’elles avaient appris. Alors leur retour était dut à 3 lettres, les mensonges pareils. 3 lettres qui représentent autant de danger et qui pourtant servent à protéger. FBI voilà ce qu’ils leur avaient caché.

Chapitre 5 :

Le lendemain, les jeunes filles se rendirent au domicile de Shinichi. Ce fut une Shiho en pyjama qui leur ouvrit.

- Bonjours, qui êtes vous ?

- Je me nomme Shiho Miyano, j’imagine que vous êtes Ran, dit elle en désignant cette dernière.

- En effet je suis Ran mais comment le savez-vous ?

- Shinichi me parle souvent de vous. Mais et vous qui êtes vous ?demanda-t-elle à Sonoko

- Je me nomme Sonoko Suzuki et je suis également une amie de Shinichi ainsi que de Makoto.

- Ah vous connaissez déjà Makoto ça sera des présentations en moins à faire tant mieux mais je comprend mieux pourquoi Shinichi ne me parle jamais de vous, fit elle d’un ton méprisant

Sonoko l’aurait bien étranglé si Ran ne l’avait pas retenu.

- Mais au fait où sont-ils ?

Ils sont en train de s’entraîner, attendez moi je vais les chercher.

Avant qu’elles n’aient eu le temps de répliquer cette dernière était déjà partie.

- Mais comment font-ils pour la supporter ? Au fait tu n’aimerais pas savoir ce que pense Shinichi de toi ?dit elle un sourire mesquin sur les lèvres

- Sonoko !cria Ran en s’empourprant

- Mais qu’est-ce qui vous prends à toute les deux ?

Les filles s’interrompirent brusquement en voyant leur interlocuteur. Devant elle se trouvait leurs amis mais ce qui les avait fait taire c’est leur tenu. Ils étaient tout deux en kimono de karaté et au vu des gouttes de sueurs qui perlaient sur leur visages ils avaient du s’entraîner longtemps.

- Encore en train de vous chamailler, vous ne grandirez donc jamais, dit Makoto

- C’est toi qui nous dit ça ! Et en plus pourriez vous nous expliquer ce que fait cette femme chez Shinichi ? Lui rétorqua Sonoko

A cette question les visages de Shinichi et de Shiho s’assombrirent de mais cette fois ci Ran voyait bien que ce n’était pas à cause de leur mission. Cette fois ci une tristesse pure apparaissait sur leurs visages.

- Dites moi et si vous alliez faire du thé, leur proposa Makoto

Shinichi et Shiho ne contestèrent pas et allèrent s’exécuter.

- Et bien voilà : Lors d’une de ses enquêtes Shinichi fit la connaissance de Shiho et de sa sœur Kemi. Elles étaient témoins lors d’une affaire. Plus tard il les revit et ils devinrent vite amis. Shiho est une scientifique mais Shinichi ignorait la profession d’Akemi. UN jour il la vit dans la rue et, flairant un danger, il la suivi. Ils arrivèrent sur les docks où il épia la conversation. Il apprit grâce à cela qu’Akemi était en fait membre d’un groupe terroriste et qu’elle allait commettre un méfait. Mais Shinichi s’attarda assez pour entendre le chef dire que cette mission serait sa dernière parce qu’il allait la tuer. Shinichi se promit de la protéger mais le soir même ce qui devait arriver arriva, Akemi fut tué et mourut dans les bras de Shinichi, impuissant. Il savait que Shiho allait tenter de ce suicider en apprenant la vérité et il alla la sauver. Il réussi et Shiho continua à vivre. Cependant Shiho n’avait aucun ami à part sa sœur et il savait que s’il la laissait seule elle se suiciderait. Il décida donc de l’emmener avec lui pour accomplir sa promesse.

Le discours achevé, les yeux de Ran luisaient de larmes et elle comprit enfin d’où venait ce lien entre Shinichi et Shiho. A ce moment ces derniers rentrèrent tout deux dans la pièce les bols de thés en main. Le visage de Shinichi était resté le même qu’auparavant. Ran organisa une sortie pour l’égayer un peu. Il la remercia et fixa le rendez vous à 13H pour qu’ils aient le temps d’achever leur entraînement et de se changer, ce que les filles acceptèrent immédiatement mais d’autre question restait en suspens et il n’était pas question de les quitter avant que toute cette histoire ne soit terminé.

—————————————————————————————-

Les deux garçons attendaient depuis plus d’un quart d’heure.

Mais que peuvent elles faire bon sang ?se demandait Shinichi

Ce dernier les connaissait et savait qu’elles auraient du retard mais Makoto lui, n’avait pas l’habitude et plus le temps passait, plus son inquiétude augmentait. Finalement elles arrivèrent au bout d’une demi heure. Lorsqu’il les vit, Shinichi cria de mécontentement :

- Qu’est-ce qui vous prenez d’arriver si tard ? Si j’avais su je ne serai pas venu aussi tôt.

- Désolé mais une femme a le droit de se faire belle que je sache,lui répondit Sonoko tout en jetant un regard noir à celui qui l’avait apostropher.

Shinichi s’apprêta à répliquer mais Ran eut la brillante idée de lui saisir la main et de le tirer vers elle. Ce dernier fut pris au dépourvu et oublia complètement le torrent de reproche qu’il allait déversé.

Makoto qui était rassuré par l’arriver des jeunes femmes soupira de soulagement en voyant la dispute prendre fin.

-Avez-vous prévu quelque chose pour cet après midi ?demanda-t-il

- Je pensais qu’on pourrait aller à tropical land puisque la dernière fois tu m’as fais faux bond à cause d’une stupide enquête, proposa-t-elle le sourire au lèvre

Tous approuvèrent l’idée et ils purent aller au parc. Ce dernier était bondé, ce qui était normal vu que les vacances d’étés venaient de commencer et que la chaleur omniprésente ne donnait envie que de sortir. Ils décidèrent de se séparer et de se rejoindre 2 heures après devant le lac pour faire une course de bateau.

Ran avait tout un programme de prévu :

Ils commencèrent par la mine infernale, qui avait été le dernier souvenir qu‘il lui avait laissée avant de s‘en aller. Heureusement, cette fois-ci, aucun crime ne vint s’opposer au trajet du wagon. Ensuite vint le tour de la cave au cauchemar et la caverne au fantôme. Durant ces deux attractions, Ran avait manqué d’étouffer Shinichi en le serrant de peur. Le temps de faire la queue ayant été long, ils ne pouvaient plus faire qu’une seule attraction. Shinichi opta pour le grand huit mais Ran refusa. Ils firent appelle au hasard et ce dernier se montra bien généreux puisque leur attraction final était…La croisière de l’amour !
A la vue de ce choix, les deux personnes rougirent intensément, ils étaient obligés de la faire puisqu’ils avaient prêté serment. Ainsi, ils entrèrent dans le bateau qui leur était destiné. Il était juste assez spacieux pour eux deux. Ils s’installèrent et la croisière commença. Leur vitesse était laborieuse et le silence absolu, personne ne pouvait les voir, personne ne pouvait les entendre, enfin ils le croyaient. Ils étaient seuls, totalement seuls. Shinichi savait qu’une telle occasion ne risquait pas de se représenter de sitôt alors il prit son courage à deux mains et se décida de se déclarer :

- Ran, écoute moi, depuis que je suis parti je ne pense qu’à te dire une chose. Quand j’ai pu t’entrevoir un instant, je voulais te le dire mais je n’ai pu car le devoir m’a rappelé. Maintenant il est temps que tu saches ce que je ressens. Ran, je t’aime.

Pendant que ce dernier énonçait ces paroles, la respiration de sa compagne s’était brusquement accélérée et lorsqu’il eut terminé, elle ne put réfréner un mouvement passionné et c’est ainsi qu’ils scellèrent l’aube d’une relation qui allait durer. Ce qu’ils ignoraient c’est que deux personnes les avaient vu entrer dans le manège et que depuis un moniteur elles avaient assisté à leur premier baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinattori
Le Ficceur Fou
avatar

Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Retour inattendu   Sam 23 Sep - 7:54

Chapitre 6 :

Ils rejoignirent les autres une demi heures plus tard. Lorsque Makoto ouvrit la bouche pour leur parler, Sonoko l’interrompit férocement :

- Mais où étiez vous ? Nous nous sommes beaucoup inquiété.

- Tu es sacrément culottée de nous dire ça vu que tout à l’heure, vous étiez tout autant en retard, répondit froidement Shinichi

- Oui mais tu devrais savoir qu’il ne faut pas faire attendre une dame.

- Mais tu avais de la compagnie pour nous attendre, rétorqua Shinichi en regardant Makoto.

Ce dernier ne voulait pas être mêlé au conflit mais malheureusement, la suite ne se passa pas selon ses vœux. Une querelle dont le sujet était Makoto s’engagea entre Sonoko et Shinichi, et ni Ran ni Makoto ne parvirent à les faire s’arrêter. De dépit Ran s’assit sur un banc, elle qui était tant heureuse de pouvoir partager un moment avec Shinichi après une si longue absence, elle regrettait cette sortie puisqu’à cause d’elle ses meilleurs amis se disputaient. Des larmes coulèrent de ses yeux, elle n’en pouvait plus :

« Si tout pouvait s’arrêter »

- Ran…

L’apostrophée leva les yeux, elle vit que la dispute s’était arrêté et que les regards de ses trois amis étaient braqués sur elle. Ses pleures firent place à la gène. Makoto était intérieurement soulagé que la discorde se soit achevée, même si il était conscient que ça ne serait que temporaire.

Une fois remit de leurs émotions, nos quatre amis s’apprêtèrent à embarquer quand Shinichi eut une drôle de sensation qui l’intrigua un moment. Il sourit en chuchotant :

- Ils sont ici

Prétextant une excuse, il parcouru le parc à leur recherche, ces dernières furent laborieuse mais au moment ou il s’apprêta à tout abandonner, la providence lui vint en aide. Cette dernière attira son attention sur un vendeur de hot dog. Il vit devant celui-ci un homme vêtu de noir courir une mallette à la main. Il n’y avait aucun doute dans l’esprit de Shinichi, il était l’un des leur. Il voulut le filer mais une vision peu rassurante s’imposa dans son esprit. Il se revoyait reprenant l’apotoxine et redevenir Conan, il voyait aussi Ran qui découvrant la vérité. C’est cette dernière image qui le fit le plus douter. Mais il fut interrompu dans ses réflexions par l’arriver de Ran et des autres qui l’avaient suivi depuis son départ.

- Mais qu’est-ce qui t’as pris de courir comme ça ?

- Il devait probablement avoir perdu quelque chose mais il ne l’a pas trouvé, l’aida Makoto

- Oui c’est exactement ça

Il était soulagé que Makoto l’ait tiré du mauvais pas qu’il venait de faire mais il ne pouvait s’empêcher de repenser aux hommes en noir avec qui il avait perdu la trace. Il se doutait que quelque chose se tramait mais il ignorait quoi. Comme le ciel commençait à s’assombrir, ils décidèrent de rentrer chez eux bien que Shinichi préférerait rester pour pouvoir tenter de trouver une piste pouvant les mener jusqu’à eux.

- Eh bien vous en faites des têtes !s’étonna Shiho en les voyant rentrer

- Désolé on a eu une rude journée, lui répondit Shinichi

Ce dernier ne pouvait s’empêcher de penser que malgré le fait qu’il leur ait échappé bien d’autre personne se trouvait en danger.

- Vous les avez vu n’est-ce pas ?leur demanda Shiho

- Mais qu’est-ce qui te….

- Votre comportement n’est pas normal et en plus vous me fuyez du regard, anticipa-t-elle

- Qui a dit que tu ne ferait pas une bonne détective ?soupira Shinichi

- Il me semble que c’était un certain maniaque des enquêtes un peu trop sur de lui et très crâneur.

- C’est bon j’abandonne tu vas tout savoir

Il lui raconta toute sa journée sans omettre le moindre détail…ou presque. Une fois qu’il eut terminé, elle se mit à réfléchir longuement pendant qu’il reprenait son souffle. Lorsqu’elle reprit la parole, elle le regarda droit dans les yeux et lui dit franchement :

- Tu es conscient que sans aide tu ne peux rien faire contre eux et que Black et les autres ne te laisseront pas intervenir dans une aventure aussi risquée.

- J’en suis parfaitement conscient mais j’ai déjà prévu un plan qui devrait me permettre de mener mon enquête sans me faire repéré.

- Comment ça ?l’interrogea vivement Makoto

- Vous verrez mais je peux vous assurez que vous ne le regretterez pas.

Durant le discours il s’était rapproché du téléphone et lorsqu’il put prendre le combiner en main, il tapa un numéro avec une dextérité qui montrait bien qu’il savait déjà qui allait être son interlocuteur. Quelques instants plus tard, il put engager la conversation.

- Tu crois que c’est prudent, demanda Makoto en faisant attention à ne pas être entendu de Shinichi toujours au téléphone

- Même si ça n’était pas le cas nous ne pourrions pas l’en dissuader alors mieux vaut le suivre et pouvoir l’aider que de rester ici et de le laisser seul en face du danger.

- Tu as sûrement raison, acquiesça Makoto tout en sachant pertinemment que ce n’était pas une bonne idée.

- Tout est arranger rendez vous demain 6H au parc Haido, reprit Shinichi après avoir chaleureusement remercier la personne présente au bout du fil.

- Maintenant que le plan est arrêté il ne nous reste plus qu’à patienter, constata Shiho

- Je persiste à croire que tout cela va mal se terminer, pensa Makoto

Mais ce dont ils ne se doutaient pas c’est que caché derrière une vitre teinté deux jeunes adolescentes les avaient espionné.

Chapitre 7 :
C’est étrange car c’est toujours lorsque l’on en a le plus besoin que la chose en question n’est pas là. Cette nuit là, personne n’arrivait à trouver le sommeil, peut être à cause de la peur vis-à-vis de la journée qui s’annonçait mais en tout cas, les portes des rêves leur refusaient le passage.
Makoto regardait la TV ce qui lui faisait passé le temps et d‘oublier que l‘heure redouté se rapprochait. Shiho avait prit partie pour continuer ses recherches au lieu de gaspiller bêtement son temps. Au contraire de ses compagnons, Shinichi était serein. Ce n’était pas l’anxiété qui lui causait cette insomnie mais simplement l’excitation. Les autres ne le comprenaient pas mais malgré tout ils savaient que le plan planifié par Shinichi n’était pas irréfléchi et de ce fait ils se reposaient entièrement sur lui.

Makoto regarda l’horloge, il était 5H et l‘heure fatidique lui paraissait plus proche que jamais. Il vit Shiho redescendre de son laboratoire installé provisoirement dans le grenier de la maison, le sous sol ayant déjà la fonction de salle de musculation.

- Je vois que je ne suis pas la seule à ne pas avoir réussi à trouver le sommeil, dit elle en se frottant les yeux pour mieux supporter la fatigue occasionné par la nuit blanche qu’elle venait de passer

- Avec tant de mystère comment pouvoir dormir sans avoir peur du lendemain ?

- C’est vrai que c’est difficile mais quoi qu’il arrive nous sommes condamnés à assister au lever du soleil, ajouta Shinichi

Il arborait un sourire étincelant mais qui ne cachait pas les cernes sombres que surplombaient ses yeux.

- Vas-tu enfin nous dire ce que signifie tout cette mascarade ?demanda Shiho avec un léger trémolo au fond de la gorge

- Patience dans quelques heures la vérité vous sera dévoilé et là vous ne regretterez pas de m‘avoir accorder votre confiance, dit Shinichi

- Oui mais en attendant tu ne réponds toujours pas à la question, tout du moins tu ne nous donnes aucun indice qui nous permettrait de comprendre, commenta Makoto

Comme il s’y attendait aucune réponse ne vint éclairer sa lanterne.
Après avoir prit un bon petit déjeuner et une copieuse ration de café, ils allèrent se préparer en vu du rendez vous que Shinichi avait fixé. Quand tout le monde fut toiletté et habillé, ils prirent la voiture qui avait été offerte à Shinichi pour ses 18 ans et une demi heure plus tard ils étaient arrivés. Après une attente longue de quelques minutes, ils virent deux formes se profiler dans la semi obscurité toujours présente à cette heure de la journée. Au fur et à mesure que les formes s’approchaient, nos protagonistes purent petit à petit mieux les distinguer. La première avait des cheveux auburn et portait un jean bleu ainsi qu’un tee shirt blanc rayé bleu, un détail troublant que tous remarquèrent était qu’il avait un aigle sur son épaule droite. La seconde personne les choqua puisqu’elle était quasi identique à Shinichi et surtout ils étaient tout deux vêtus de la même façon.

- Désolé pour le retard mais nous avions l’impression d’être filé alors on a dut prendre un chemin un peu plus long pour le vérifier. Tout d’abord pourrais tu faire les présentations Shinichi ?

- Ah oui bien sur alors les amis je vous présente Saguru Hakuba et Kaito Kuroba, dit il en les désignant quand il les présentait.

- Voilà déjà une bonne chose de faites, dit la personne désigner comme Hakuba

- Mais dis moi Shinichi, es tu certain que tu veux le faire ?lui demanda Kaito

- Je crois que je n’ai pas vraiment le choix alors si je veux pouvoir mener mes investigations à ma façon alors oui j’accepte, dit résolument Shinichi

- Attendez vous pourriez nous expliquez de quoi il s’agit ?demanda vivement Makoto

- En fait c’est simple. Shinichi trouve que le FBI ne lui laisse pas assez de liberté pour mener à bien ses missions, il a donc trouvé une solution pour user des méthodes d’investigations qu’il veut, cependant ça comporte de nombreux risques et beaucoup d’apprentissage.

Il reprit son souffle et sur un signe de tête de Shinichi il se décida à continuer

- Shinichi va changer d’identité

- Quoi !crièrent ses deux partenaires

- Tu n’es pas sérieux au moins, demanda Makoto

- Au contraire je n’ai jamais été aussi sérieux de ma vie. Si je prend une identité masqué, je pourrai sans problème me déplacé dans la ville sans que l’on me reconnaisse. Ni le FBI ni l’organisation ne pourra faire le rapprochement.

- Ça n’est pas une mauvaise idée tout compte fait à condition de savoir l’identité que tu vas arborer devant les yeux de tous,dit Shiho

- Tu ne vas pas t’y mettre aussi, se désespéra Makoto

Mais ne voyant pas de réaction lui étant favorable, il capitula.

- Je suis en minorité donc fait ce qui te semble juste, dit il dans un dernière effort pour le raisonné.

- Merci Makoto ne t’inquiète pas je ne ferai rien qui puisse les faire douter quand à mon identité elle est toute trouvé.

- Alors qui seras-tu ?

- Je serai le Night baron, décréta-t-il

- C’est malin de ta part d’employer le nom du personnage de roman créé par ton père mais qu’arrivera-t-il si ton masque tombe ?dit Shiho

- C’est pour ça que Kaito a parlé d’apprentissage, je vais devoir apprendre l’art du déguisement, dit Shinichi plus déterminé que jamais

- Je vois…Sous ton masque tu auras un autre masque pour ne pas qu’on te reconnaisse tu es rusé mais en quoi Kaito y connaît il quelque chose en déguisement ?

- En vérité Kaito n’est autre que le Kid, révéla Saguru

A ce moment, la stupeur contenu de Shiho et Makoto éclata au grand jour. Derrière un buisson, deux autres personnes étaient aussi surprises et décontenancé qu’eux. Déjà qu’avant, toute cette histoire paraissait étrange à Ran et Sonoko maintenant tout était confus dans leur têtes.

- Tu as compris quelque chose, murmura Sonoko à Ran

- Non au contraire je m’embrouille de plus en plus, soupira Ran

- Et si on allait leur demander directement ?proposa Sonoko

- Tu penses, ils ne nous diraient rien et ils seraient encore plus vigilent vis-à-vis de nous

- Mais peut être pas pour toi, dit Sonoko en souriant

Elle sortit de son sac une photo qu’elle tendit à Ran. Elle piqua un fard instantanément après qu’elle eut vu ce que représentait la photo. C’était elle et Shinichi en train de s’embrasser dans le tunnel de l’amour.

- Comment…? Commença-t-elle

- Tu oublies que dans toute les attractions du parc à la fin il y a un appareil photo qui prend une photo souvenir mais comme vous aviez les yeux fermés vous n’avez pas du le voir,sans compté qu’il y a des caméras de sécurité pour parer à la non dégradation des lieux.

Ran baissa les yeux de honte mais les releva aussitôt pour faire face à un visage un peu trop familier à son goût.

- Ran, Sonoko mais qu’est ce que vous faites là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinattori
Le Ficceur Fou
avatar

Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Retour inattendu   Sam 23 Sep - 7:54

Chapitre 8 :

Devant elle se tenait son ami d’enfance la fixant du regard. Ce n’était pas le regard doux et gentil qu’elle connaissait mais de la colère qu’elle pouvait lire dans ses yeux.

- Que faites vous là ?redemanda-t-il

- Eh bien…, commença Ran

- Nous en avons marre de vos cachotterie, l’interrompit Sonoko, Depuis que vous êtes arrivés on s’est douté de quelque chose alors on vous a suivi, n’est-ce pas messieurs les détectives, ou devrais je dire messieurs les agents du FBI ?

- Je vois qu’il est inutile de vous le cachez, en effet nous sommes du FBI, répondit Shinichi

Ce n’est pas tant le fait qu’il abandonne si vite qui choqua Shiho mais plutôt la tristesse que l’on sentait dans sa voix. Quand il releva la tête ce n’était plus de la colère mais du chagrin que reflétait son visage.

- Mais pourquoi ne rien nous avoir dit, demanda Ran, vous nous trouvez indigne de confiance ?

Elle aussi avait remarqué le changement d’attitude de Shinichi et cela l’intriguait.

- Vous vous trompez ça n’est pas parce que nous ne vous faisons pas confiance que nous n’avons rien dit mais c’est pour vous mettre à l’abri du danger,dit Makoto

- Si vous aviez été au courant nous vous aurions fait courir d’important risque à vous et à votre entourage mais vous avez préféré résoudre le mystère en nous suivant et vous êtes mises toute seules dans la situation que nous voulions éviter, dit Shiho, Vous allez devoir en payer les conséquences.

- Les conséquences ?s’intrigua Sonoko

Il est maintenant trop risqué de vous laissez vagabonder partout comme vous en avez l’habitude. S’ils vous trouvent ça sera l’échec de notre mission et pire encore nous serons tous en danger, expliqua Hakuba

Pour votre sécurité et la notre vous allez devoir nous suivre sans discuter jusqu’à ce qu’on trouve un endroit sur où vous cachez, ajouta Kaito

- Vous n’avez pas le droit de nous donner des ordres, protesta Sonoko

Shinichi, qui avait gardé la tête baissée pendant que ses camarades énonçaient la situation, les regarda longuement avant de répondre

- Malheureusement pour vous nous en avons parfaitement le droit. Si vous croyez que seul le FBI est chargé de l’enquête vous avez tord. Il y a le FBI, la police, interpole…Nous sommes nombreux à être impliqué et nous ne pouvons pas vous laissez nous mettre et vous mettre en danger bêtement.

Sonoko s’apprêta à répliquer mais lorsque Shinichi leva les yeux vers elle, la détermination qu’elle pouvait y lire lui montra qu’il était inutile d’essayer de le convaincre, tous ses efforts seraient inéluctablement vains.

Elles montèrent dans la voiture de Shinichi après ce dernier, Shiho et Makoto fermant la marche. Depuis ce moment jusqu’à leur arrivé une heure plus tard, nul ne souffla un mot. Une fois arrivé à destination, elles s’étonnèrent de voir qu’elles se trouvaient en face de la même maison que lorsqu’elles les avaient suivi après leur balade. Ils refirent le même trajet jusqu’à la salle où elles avaient vu Jodie et les autres. Ces derniers s’y trouvaient déjà et leur surprise fut grande lorsqu’ils aperçurent les jeunes filles. Après un bref résumé de ce qui s’était passé, Black prit la parole :

- Mesdames, au vu des circonstances de votre découverte qui nous a été rapporté, vous savez, comme l’on du vous l’expliquez ces messieurs, que nous ne pouvons pas vous laissez partir au risque de nous compromettre, par conséquent vous serez loger ici en attendant de trouver une planque plus sure pour vous.

En entendant les paroles de Black et en voyant qu’elle ne souffrirait d’aucune réplique, les filles commencèrent à comprendre que ce qu’elle croyait être un jeu d’abord était très sérieux.

- Maintenant que cet incident est clos, nous allons pouvoir reprendre la mission tel quel était initialement prévu, reprit Jodie

A ces mots, Shinichi et Kaito se levèrent et partirent silencieusement. Ce départ troubla les filles qui se demandaient ce que ça signifiait.

- Où vont-ils, demanda Ran qui visiblement s’inquiétait de ce départ.

- Comme vous le savez déjà Shinichi va devenir le Night Baron et de ce fait pour pouvoir changer d’identité il va falloir qu’il apprenne à se déguiser. Il part donc apprendre l’art du déguisement et l’art de la magie avec Kaito, dit Makoto

- Mais ça Black et les autres ne le savent pas,ils croient qu’ils vont simplement continuer les recherches ensembles,chuchota Shiho à Ran

Quand Ran entendit ça, elle se leva brusquement et courut vers la sortie, elle parvint à rattraper Shinichi au moment où il enfourchait sa moto.

- Tu ne vas quand même pas y aller, c’est beaucoup trop dangereux, dit elle en l’implorant du regard de rester

- Je ne peux pas rester, il y a trop de vie en jeu pour que j’abandonne et que j’arrête maintenant.

- Alors promet moi que tu reviendras vite, dit elle

- Je te le promet, lui dit il

Et comme preuve il l’embrassa. Lorsqu’il détacha ses lèvres de sa bien aimé il lui fit un signe de la main et fit rugir le moteur. Ran sourit en le voyant s’éloigner mais elle sentait bien qu’une partie d’elle-même s’en allait avec le jeune homme qu’elle aimait.

Chapitre 9 :

Un an plus tard

- Attrapez le !vociféra Nakamori

Bien qu’il soit toujours le commissaire chargé des enquêtes mêlant le Kid, il se mêle aussi de celle où apparaît le Night Baron. Malheureusement ce dernier se montrait aussi habile voleur que son prédécesseur. Annonçant à l’avance son futur vol, il parvenait à passer le barrage de la police en se déguisant et à ressortir avec son butin sous son costume noir.

Pour le commissaire cela ne faisait plus l’ombre d’un doute, la soudaine disparition du Kid et l’apparition du Night Baron dans le même temps ne pouvait signifier qu’une chose : le Night Baron et Kid ne faisait qu’un. La poursuite continua pendant un quart d’heure jusqu’à ce qu’il arrive à une impasse. L’inspecteur victorieux sourit en sortant de son véhicule, il ne pouvait aller nulle part et il allait pouvoir démasqué celui qu’il poursuivait depuis tant d’année.

- On dirait qu’en changeant d’identité tu as perdu de ton habileté, lui dit Nakamori en se rapprochant de lui

Arrivé à un mètre de lui il tendit la main vers son masque…quand un bruit lui fit lever la tête. Bien lui en prit puisqu’il évita grâce à cela le projectile qui lui était destiné. Lorsqu’il le reconnu, il leva la tête pour voir un homme habillé de blanc le regarder à travers son monocle.

C’était Kid

- C’est impossible, tu es…, balbutia Nakamori

- Je suis Kid l’insaisissable et voici Night Baron, dit Kid

Trop concentré sur la vision du Kid, il ne put réagir quand Night le désarma avec un de ses couteaux qu’il maîtrisait si bien. Un instant plus tard, ce dernier avait rejoint Kid sur le mur. Une double explosion retentit suivit d’un épais nuage de fumé. Quand il fut dissipé, l’inspecteur eut la désagréable surprise de voir que ses ennemis s’en étaient allés en lui laissant un mot comme à l’accoutumer.

Plus tard dans les égouts

- Merci de m’avoir tiré de là, dit Shinichi en donnant un coup de rame au la barque pour qu’elle puisse avancer

- Je ne pouvais pas te laisser te faire arrêter et je ne pouvais pas non plus donner la satisfaction à Nakamori d’avoir réussi à triompher, dit Kaito en souriant, c’était autant d’ordre professionnel que d’ordre personnel

- N’empêche que je crois qu’il ne va pas se remettre de cette défaite, surtout après la grossière erreur d’avoir cru que j’étais toi,se moqua Shinichi

- Bah ça lui apprendra à se prendre pour le détective qu’il n’est pas, renchérit Kaito

- S’il apprend que le petit ami de sa fille est le Kid je crois qu’il deviendrait fou de rage et que tu perdrais toute tes chances d’espéré devenir son gendre

- Le petit ami de sa fille ? Son gendre ? Mais qu’est-ce que tu vas imaginer, dit il en rougissant

- Je sais très bien que tu aimes Aoko alors n’essayes pas de me mentir c’est inutile, dit Shinichi en le regardant droit dans les yeux

- Comment pourrais tu le savoir, tu n’es pas à ma place ?dit Kaito en rougissant plus intensément

- Rien qu’à te voir avec Aoko c’est clair et puis les amis d’enfances qui s’aiment mais qui n’arrivent pas à se déclarer crois moi j’en connais à commencer pas moi,dit Shinichi avec le ton qu’il employait durant les enquêtes

Kaito soupira, sachant pertinemment que son ami était dans le vrai et qu’en plus de lui mentir, il se mentait à lui-même.

- Mais comment se déclarer ? Et comment savoir si nos sentiments sont réciproques ?dit Kaito désespéré

- Si Aoko ressemble autant à Ran au niveau des sentiments qu’au niveau de l’apparence, elle t’aime, et puis dans tout les cas, tu ne risques rien, lui assura Shinichi

- Comment ça je ne risque rien !cria Kaito
- Si elle ne t’aime pas, tu resteras toujours son ami d’enfance et rien ne changera

Cette conversation continua jusqu’à leur destination. Ils empruntèrent une bouche d’égout qui les mena sur le parking d’un motel. Ils grimpèrent quatre à quatre les escaliers de secours jusqu’à leur chambre. Mais surprise, dans cette dernière se trouvait…Black

- Vous vous êtes bien amusé, leur demanda-t-il avec le ton le plus froid qu’ils l’eurent jamais entendu employer.

Chapitre 10

Shinichi et Kaito étaient abasourdis. Black les avait retrouvé et ils allaient devoir fournir de bonnes explications pour qu’il ne les sanctionne pas.

- Comment nous avez-vous retrouvé ?demanda Kaito paniqué

- Je crois que la meilleur question serait Comment avez-vous su que j’étais Night Baron ?demanda Shinichi en gardant son sang froid

- Un an d’enquête sans nouvelle nous a inquiété et nous avons fais des recherches pour s’assurer que vous n’aviez pas été capturé par l’organisation. Nous avons trouvé une réservation dans ce motel à l’ordre de Kuroba donc je vous ai attendu en regardant la TV et que s’est il passé ? Le Kid a fait son apparition, dit Black tranquillement

Durant son explication, Kaito avait utilisé la face de Poker que lui avait appris son père quand à Shinichi, il ne s’était pas départi de son sang froid. Peut être était ce du à son entraînement ou à son vécu mais dans ces moments là, il parvenait à garder son calme ce qui lui permettait d’analyser plus vite la situation pour trouver une échappatoire.

- Maintenant j’ai moi aussi deux ou trois questions à vous poser, à commencer par : Pourquoi avez-vous fais ça ?

- On croirait entendre Hakuba, railla Kaito

Mais quand il vit l’air qu’affichait Black en réponse à sa remarque, il préféra s’abstenir de commentaire. Ce fut donc à Shinichi de lui fournir des explications.

- Je vois…, dit Black, et qu’avez-vous appris grâce à cela ?demanda-t-il

- Nous avons passé la ville au peigne fin et nous avons finalement conclut que leur QG n’était pas ici, dit Shinichi

- Cependant nous avons aperçu plusieurs hommes vêtu de noir roder près des Docks, ajouta Kaito

- Ils se cacheraient donc là bas, dit Black, malgré votre façon de procéder certes non règlementaire par rapport à la consigne que je vous avais donnée vous avez mis la main sur leur cachette donc je ne dirai rien.

Shinichi et Kaito purent de nouveau respirer à plein poumon quand il eu dis ces mots.

- Maintenant rentrons à la base pour passer à la phase 2 de l’opération, leur dit Black

Ils prirent la voiture de Black et une heure et demi plus tard ils se trouvaient devant la bâtisse qu’ils avaient maintes fois visité. Quand il rentra dans la salle de réunion à la suite de Kaito, Shinichi sentit un choc au niveau de l’estomac qui lui coupa la respiration mais avant même de l’avoir récupéré, deux lèvres se collèrent contre les siennes et en franchirent le seuil. Quand leur langue se séparèrent, Shinichi put respirer de nouveau et put voir une personne qu’il n’avait plus vue depuis l’année qui s’était écoulée.

- Shinichi ! Comme tu m’as manqué, dit Ran en se mettant à pleurer

Ce dernier l’enlaça et lui chuchota quelques mots pour qu’elle cesse de pleurer. Cela eu l’effet estompé et les pleures de Ran s’arrêtèrent aussitôt.

- Bien, maintenant que les retrouvailles sont faites, on pourrait commencer, dit Shu qui visiblement commençait à s’impatienter

- Maintenant que nous savons où se situent leur base nous allons pouvoir attaqué mais pas tout de suite. Si nous lancions une offensive maintenant la plupart d’entre eux s’enfuiraient. Il va donc falloir les encerclés sans bruit de préférence la nuit. Cette nuit est perdue et la prochaine est destinée à l’exploration du terrain pour savoir par où on passera. Donc ça sera pour dans deux jours alors profité du temps qu’il vous reste pour faire ce que vous devez faire, dit Black

- La nuit a été longue alors je pense qu’il est temps d’aller se coucher. Shinichi, Kaito, Makoto, Shiho et Saguru vous dormirez ici. Sweet dreams everyone, dit Jodie

Tous suivirent les instructions et cette éprouvante soirée put enfin s’achever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinattori
Le Ficceur Fou
avatar

Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Retour inattendu   Sam 23 Sep - 7:57

Chapitre 11 :

Le petit déjeuner du lendemain se déroula dans un silence absolu. Un observateur extérieur n’ayant pas été présent lors du discours fait par Black aurait simplement cru qu’ils n’étaient pas très loquaces ou qu’ils n’étaient pas bien réveillés mais la raison était toute autre. Chacun repensait aux mots de Black.

«Alors profité du temps qu’il vous reste pour faire ce que vous devez faire »

C’était particulièrement ces mots qui suscitaient la réflexion générale. Ils pouvaient s’adapter à chaque individu selon sa vie. Certain comme Kaito et Makoto savaient parfaitement ce qu’ils allaient faire mais d’autre comme Shiho ignorait ce qu’il pouvait faire.

« Que puis je faire durant ce délai ? Voir des amis ou de la famille ? Impossible vu que je n’ai aucun autre ami à part les enquêteurs de la brigade et je n’ai plus de famille. Continuer mes travaux ? Si je meurs, ils n’auront plus aucune utilité. Prier ? Cela fait trop longtemps que j’ai abandonné l’idée qu’un dieu pouvait exister et en plus même s’il a un jour existé je doute qu’il me pardonne pour avoir délaissé la religion »

Telle était les pensées de Shiho. Shinichi avait déjà prévu ce qu’il allait faire et comme il connaissait son amie il se doutait qu’elle hésiterait sur ce qu’elle ferait. Il ne pouvait pas la laissée se morfondre ainsi et gâcher ce qui pourrait être sa dernière occasion de se détendre et d’arrêter le travail pour se concentrer sur son bien être. Il décida donc de l’aider à faire son choix…sans succès. Cependant elle repensa à ce qu’il lui avait dit et décida de ne se consacrer qu’à elle.

Le repas terminé, tous les convives se dirigèrent à la douche. Celle-ci était répartit par étage et donc des files d’attentes se formèrent progressivement dans les couloirs. Heureusement pour eux, les agents d’élites ainsi que les témoins importants bénéficiaient de douche spéciale leur permettant de prendre moins de temps et de commencer leur travail plus rapidement. Il n’était donc pas étonnant de voir que nos héros étaient prêt les premiers.

Chacun avait son programme :

Kaito avait donné rendez vous à Aoko pour se faire pardonné de son absence.
Makoto avait prévu de faire une ballade avec Sonoko et de passé l’après midi ensemble.

Tous deux avait le même but : Qu’au terme de la journée il se soit déclarer et qu’importe la réponse il pourrait s’en aller en paix.

Shinichi voulait profiter de son temps libre pour le passer en compagnie de Ran.

Seul Black, Akai et Jodie ne semblaient pas vouloir profiter de l’opportunité qui leur était donné de s’amuser. Leurs raisons divergeaient mais au fond ce qui les importait c’était de pouvoir se préparer physiquement et mentalement pour l’ultime confrontation. Après tout, chacun d’entre eux avait perdu quelque chose en rencontrant l’organisation. Jodie avait perdu sa famille, Akai y avait perdu sa petite amie. Seul le cas de Black semblait n’avoir aucune explication connue.

Je vais vous narrer d’abord la journée de Kaito :

Il partit le premier de la planque. Ne sachant pas conduire de véhicule il avait résolu de se déplacer à l’aide de son deltaplane. Il ne pouvait pas revêtir la tenue du Kid car cela pourrait porter préjudice à sa réputation de voleur durement acquise. Les risques étaient donc nombreux mais il risqua le coup. Il sentit son trac fondre comme neige quand le vent lui ébouriffa les cheveux. Au moment où il s’envola, il ressentit une assurance sans pareil en lui-même, comme quand il revêtait le costume de son père. Aussi le voyage se passa-t-il sans anicroche et il arriva à destination plus dans les meilleures conditions. Au bout de quelque minutes il discerna la chevelure de son amie parmi la foule et couru la retrouvé. Il était impressionné par sa beauté bien qu’elle portait des vêtements simples au possible. Après quelques mots échangés ils s’en allèrent. Ils se rendirent d’abord dans diverses boutiques à la demande d’Aoko, ils mangèrent rapidement et finirent leur journée sur la tour de Tokyo. Le panorama qu’il pouvait admirer leur coupa le souffle, pas seulement parce que c’était la première fois qu’ils y venaient mais surtout parce qu’après la magnifique journée qu’il venait de passer, tous leur paraissait tellement plus beau. Kaito se dit qu’il était venu le temps de se déclarer. Il lui prit la main et força son regard à se fixer dans le sien. Aoko ne s’attendait pas à cette attitude vis-à-vis de son ami. Elle voulu retirer sa main de la sienne mais ses sentiments étaient mitigés.

- Qu’est-ce qui te prend Kaito, dit elle en rougissant

- Aoko, il est temps que je te dise quelque chose que je cache enfouie dans mon cœur depuis trop longtemps

Elle voulu l’interrompre mais quand elle vit l’éclat qui brillait dans ses yeux elle ne pu que ravaler sa salive tout en continuant à l’écouter.

- Depuis que nous sommes petit, nous nous sommes toujours considéré comme frère et sœur mais depuis un moment je te vois tout autrement.

Elle était captivée par son discours. Elle sentait qu’il allait dire quelque chose d’important pour lui.

« Peut être que nos sentiments sont pareils » se dit elle.

Elle secoua la tête pour s’interdire se genre de pensée. Qui était elle pour croire qu’il pouvait l’aimer ? Qu’est-ce qui lui donnait l’audace d’imaginer que leurs sentiments pouvaient être identique ?

- Je t’aime, déclara Kaito

Aoko ne réagit pas tout de suite quand il dit ces mots, toujours dans ses pensées mais lorsqu’elle comprit ce qu’il venait de lui dire, une vive rougeur s’étendit sur son visage.

- Kaito…, commença-t-elle

- Je sais que je ne suis pas parfait et que je suis loin d’être le petit ami que tu mériterais mais je te demande d’y réfléchir…

- Je t’aime aussi, ajouta-t-elle

Il s’interrompit brusquement en entendant la réponse de son amie, qui ne l’était plus. Sans qu’ils le veuillent leurs lèvres se rapprochèrent lentement jusqu’à ce qu’enfin elle puisse se toucher. Ce fut enfin la délivrance pour ses deux cœurs enchaînés par la peur de la désillusion que pourrait apporter la réponse non désirer.

Maintenant la journée de Makoto :

Il partit le dernier, Sonoko ayant prit un temps fou pour se maquiller, s’habiller, se coiffer et j’en passe. Il eut également droit à la tournée des magasins qu’il supporta dignement. Aux environs d’une heure ils s’aperçurent qu’ils n’avaient pas mangé et se rendirent au premier restaurant de nouille venu. Ce fut une serveuse nommé Koyumi qui prit leurs commandes. Durant le repas, Makoto ne cessait de fixer sa compagne du regard, ce qui embarrassa cette dernière au plus haut point. Une fois l’addition réglée, ils partirent voir un film. Makoto était particulièrement tenté par un film d’art martiaux mais Sonoko avait choisi un film ou se mêlait intrigue et romance. Makoto s’inclina sans rien dire sur le choix de son amie. Avant que le film ne commence, l’anxiété que ressentait Makoto et Sonoko augmenta brusquement. Heureusement les lumières s’éteignirent à temps pour qu’aucun des deux ne remarques les rougeurs de l’autre. Le film commença dans un silence absolu, la tension était palpable pour tous à cause du film mais pour nos jeunes héros, c’était la situation dans laquelle ils se trouvaient qui les mettaient mal à l’aise. Finalement au bout d’une heure, Makoto passa à l’action. Il fit mine de bailler pour passer son bras derrière l’épaule de son amie. Celle-ci rougit intensément mais ce ne fut rien quand Makoto se rapprocha progressivement d’elle. Ce ne fut qu’au moment décisif du film, au moment ou les amoureux se déclaraient et qu’ils devaient s’embrasser, qu’il en fit de même. Il attira Sonoko plus proche qu’elle ne l’était et lui chuchota à l’oreille :

- Cela fait maintenant deux ans que nous nous sommes rencontrés et dès la première fois mon cœur a chaviré. Quand à notre rencontre d’après j’ai pu te sauver, tu m’as remercié en me faisant ton prétendant. J’ai malheureusement dus m’éloigner du Japon mais je ne t‘ai jamais oublier. Ce ne fut qu’à partir du moment où j’ai compris que tu étais en danger que j’ai réalisé à quel point tu comptais pour moi. Maintenant il est temps que je te révèle ce que j‘éprouve pour toi, Sonoko je t’aime.

Durant tous le discours, elle avait frissonné mais maintenant qu’il s’était déclaré, toute la peur qu’elle ressentait s’évanoui comme par magie et d’un mouvement passionné elle embrassa enfin l’être qu’elle aimait. Une fois le film terminé, Sonoko se décida à lui proposer :

- Et si je te présentais mes parents, demanda-t-elle nerveusement

Makoto n’eut pas besoin de dire quoi que ce soit pour qu’ils prennent le chemin de la demeure de ceux qu’il espérait voir devenir ses futurs beaux parents.

Enfin pour terminé voici la journée de Shinichi :

Il s’en alla peu après Kaito. Contrairement aux autres il était déjà accompagné. Son objectif de la journée n’était pas d’avouer ses sentiments, chose qui avaient été faite depuis un moment, mais c’était quelque chose de bien plus important comme vous allez le découvrir par la suite. Le moyen de locomotion qu’il avait choisi sans l’ombre d’un doute était la moto. Il enfourcha cette dernière et attendit que Ran en fasse de même. Il n’eut pas longtemps à attendre et un instant après ils étaient parti. Ran resserra son étreinte autour du torse de son ami quand elle sentit le vent soufflé plus intensément sur ses cheveux. Cette sensation de compression ne gênait pas Shinichi, au contraire, sentir son amie l’étreindre de cette façon lui donnait une assurance débordante en lui. Finalement ils atteignirent enfin la ville et ils purent s’arrêter un instant. Shinichi la tenait contre lui tandis qu’ils marchaient. Ran aurait voulu rester indéfiniment dans cette position tellement la sensation de bonheur qui l’envahissait était agréable. Ils continuèrent ainsi durant un moment, jusqu’à ce que leurs estomacs viennent leur quémander de la nourriture. Shinichi sortit un foulard de sa poche et lui banda les yeux avec. Puis il la dirigea durant une demi heure jusqu’à atteindre le restaurant voulu. La surprise qu’éprouvait Ran en voyant ce lieu n’était rien par rapport à ce qui allait lui arrivé. Le restaurant panoramique du Beika center building ! La dernière fois qu’elle y était venue, Shinichi avait quelque chose d’important à lui dire mais il avait été interrompu par une enquête. La commande passé, ils se mirent à bavarder gaiement jusqu’à l’arriver de leurs plats. Leur repas terminé, Shinichi prit la parole mais ce n’était plus le Shinichi qui parlait avec elle quelques minutes plus tôt, celui-ci avait un regard empli d’assurance et le ton qu’il employa montra qu’il était sérieux.

- Ran, aujourd’hui est le jour le plus important de ma vie. Tu le sais depuis maintenant un moment mais je te le redis je t’aime.

Elle hocha la tête tout en se demandant ce qu’il voulait lui dire au bout du compte.

- Tu le sais aussi mais demain je devrai affronter mes plus féroces ennemi en ayant aucune garanti d’en réchapper.

Elle hocha à nouveau la tête s’inquiétant de ce qu’il allait lui révéler.

- C’est pourquoi j’ai décidé que c’est le moment de te le demander. Si jamais je peux en réchapper, Ran, veux tu m’épousé ?

Tout en disant ces mots, il s’agenouilla devant elle en sortant une bague de sa poche intérieur de blouson. Ran était tétanisé, de tout ce qu’elle avait imaginé c’était de loin la chose la plus improbable auquel elle avait pensé. Autour d’eux toutes les discutions s’étaient arrêtés et tous les regards étaient fixés sur eux. Ran ne savait que faire, la décision la plus importante de sa vie allait se jouer maintenant. Si elle acceptait, Shinichi deviendrait son mari et son plus grand rêve deviendrait réalité. Elle se décida donc après plusieurs minutes de réflexion pour l’hypothèse que nous venons de citer.

- Je le veux, dit elle

Shinichi, soulagé et heureux de sa réponse, passa l’anneau à son doigt et l’embrassa pour sceller ce qui devait être sa proche destiné. Ils passèrent le reste de la journée ensemble à marcher et discuter de leur avenir commun.

Après cette éprouvante journée, tous nos héros rentrèrent au QG, fatigué mais heureux et respirant la paix. Cependant une surprise de taille les attendait. Une personne les attendait vivement et ne put retenir son contentement en les voyant arrivé. D’un autre côté ces derniers ne purent contenir leurs stupéfactions quand ils reconnurent le garçon.

- Hattori !s’écrièrent ils d’une seule voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinattori
Le Ficceur Fou
avatar

Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Retour inattendu   Sam 23 Sep - 7:59

Chapitre 12 :

Dans la pièce, un silence pesant accueilli l’arrivé du jeune garçon du Kansai. Toute les personnes le connaissant se demandait la raison de sa présence mais aucune ne posait la question,trop préoccupé à imaginer des hypothèses aussi improbable soient elles mais qui justifierait son arrivé. Ce fut Shinichi qui se remit du choc le premier.

- Mais qu’est-ce que tu fais là ?dit il surpris

- On croirait que vous n’avez pas besoin de renfort, fanfaronna Heiji

- Tu as bien dis renfort…Alors les renforts annoncés… c’étaient toi ?demanda Makoto légèrement sceptique

- On a pensé que peut être que les habitants de Tokyo auraient besoin de l’aide d’Osaka, se vanta-t-il

- Toujours aussi modeste, railla Kaito

- Ça n’est pas une si mauvaise idée que ça de le faire venir, intervint Hakuba

Tous les regards se braquèrent sur lui.

- Comme son père est le préfet d’Osaka nous pourrons employer les forces de police de cette préfecture pour nous aider à préparer le coup de filet et empêcher un maximum de personne de s’enfuir, ajouta Shinichi

Devant cette explication claire et simple, les enquêteurs se turent et Heiji afficha un sourire réjouit

- C’est pour ça que je suis venu ici en tant que représentant de la préfecture

- Mais pourquoi ne pas avoir envoyé M. Toyama ?demanda Ran visiblement inquiète pour son amie

- Parce que mon père est occupé, dit une voix derrière Heiji

- Kazuha !dit Ran rassuré

- Comment ça ton père est occupé ?demanda Sonoko

Elle n’y comprenait pas grand-chose à l’instar de ses amis qui, connaissant bien mieux les systèmes de gestion policière, trouvèrent bien plus vite la réponse à cette question.

- C’est pourtant évident, si le préfet est en déplacement, c’est le sous préfet qui doit se charger de toute les affaires concernant la préfecture jusqu’au retour du préfet, expliqua Shiho

- C’est tout à fait ça, dit Heiji assez content qu’ils comprennent si vite

- Désolé de vous interrompre mais il y a du changement, dit Jodie

- Du changement ?demanda Shinichi et Kaito d’une même voix

- Normalement ça devait être l’équipe d’éclairage qui devait faire l’observation demain mais elle est en train d’amener les troupes d’Osaka jusqu’ici donc c’est la brigade d’enquête qui doit s’en charger,dit Black

- Ce qui fait que la journée de demain, initialement prévu pour se détendre, est perdu, conclu Akai froidement

- Cependant Heiji ne faisant pas parti de la brigade d’enquête il ne viendra pas avec nous, ajouta Jodie

Devant l’air offusqué d’Heiji, Black s’avança résolument avant de lui dire

- Si vous ne pouvez venir c’est parce que vous êtes un représentant et que nous ne pouvons pas vous mettre en danger et aussi parce que vous n’avez pas été formé pour cela et que votre présence pourrait compromettre la mission.

Devant ces raisons pleines de bon sens, Heiji ne put que s’incliner tout en restant très rancunier vis-à-vis de l’affront qui venait de lui être fait. Kazuha était rassuré que ces discussions s’achèvent là et se dirigea vers Ran. Elle aperçu la bague quand Ran remit une de ses mèches de cheveux droites.

- D’où vient cette bague ?s’intrigua Kazuha

- C’est Shinichi qui me l’a offerte, dit elle en rougissant faiblement

Il fallait qu’elle prenne conscience qu’elle était désormais fiancée à son ami et que par conséquent elle ne doive plus avoir honte de sa relation avec lui.

- Vous avez l’air de bien vous entendre, dit Sonoko aussi moqueuse que jalouse

Ran raconta tous depuis le début. Elle hésita sur le moment de la demande en mariage mais les mots parvinrent quand même à sortir de sa bouche. Tandis qu’elle continuait à parler, Shinichi se rapprocha d’Heiji

- Que fais tu là ?lui demanda-t-il

- Tu ne remercies même pas un ami venu donné un coup de main, dit il d’un ton plein de reproche

- Je te connais Hattori et je suis certain que ça n’est pas pour ton père que tu es venu ici, lui susurra-t-il à l’oreille

- Tu as raison alors je vais tout te raconter, fini t il par dire, En fait il y a eu diverses lettres de menace adressé à la préfecture, le nombre de crime a triplé dans le même temps, je me suis dis que ça avait sûrement un rapport avec eux donc je me suis arrangé pour que mon père te donne un coup de main

Shinichi réfléchit un instant à ce qu’il serait devenu sans Heiji. D’abord il l’avait aidé à faire supporté son absence à Ran, il l’avait conseillé durant certaines enquêtes au même titre que son père, et il était rapidement devenu son meilleur ami tout comme Kaito ou Makoto.

- Merci beaucoup Heiji, dit il en le gratifiant d’un sourire

- Bon il se fait tard alors je propose d’aller se coucher, dit Jodie, Guo night.

Au réveil d’Heiji le lendemain il n’y avait plus personne. Tous étaient déjà partis faire l’inspection des lieux avant le soir fatidique. Ils déjeunèrent donc seul à seul avec Kazuha, prirent une douche rapide et s’habillèrent. Ils avaient prévu de sortir faire un tour en ville pour se changer les idées. Kazuha voulait faire les boutiques mais Heiji voulait visiter le commissariat de Tokyo. Finalement ils allèrent observer une exposition de peinture avant d’aller manger dans un Italien. Ils prenaient une ruelle déserte quand soudain :

- Pussy, éternua Kazuha

- Que se passe t il ?lui demanda Heiji

- Je ne sais pas. Depuis tout à l’heure j’ai les muqueuses qui me démangent. Peut être que c’est dut à la poussière.

- Si c‘était la poussière je devrais éternuer aussi. Je pense plutôt que tu fais une réaction à ces petites bêtes.

- Aux chats, s’étonna-t-elle

Devant eux se trouvait un chat au pelage fauve.

- Et si on l’appelait Silmy, proposa elle allègrement

- Tu n’as décidément aucun goût en matière de surnom, se moqua Heiji, De plus tu crois que c’est le moment de s’intéressé à un surnom potentiel alors que tu en ais allergique, lui dit il posément.

Elle allait s’énerver violemment contre lui lorsque le chat lui sauta dessus. Elle aspira tellement de poil d’un coup que cela provoqua une réaction allergique beaucoup plus forte que d’ordinaire cela fit qu’elle s’évanoui aussitôt. Heiji paniqua lorsqu’il la vit s’étaler sur le sol.

« Que faire ? Calme toi ! Déjà vérifions son pouls avant d’émettre tout diagnostique »

La panique qui l’habitait s’accru lorsqu’il comprit qu’elle ne respirait plus. Il fallait vite faire quelque chose sinon elle mourrait. La seule solution était la bouche à bouche. Il prit son courage entre deux mains, prit une bonne inspiration et posa ses lèvres sur les siennes. Il expira l’air puis recommença jusqu’à ce que finalement elle reprenne connaissance.

- Heiji…

- Kazuha !dit il bouleversé

Au moment où il n’avait plus sentit ses poux il avait réalisé combien elle était importante pour lui.

- J’ai…cru que j’allais te perdre, dit elle d’une voix faible

- Kazuha écoute moi. Quand je t’ai vu tomber à terre et que j’ai compris que tu ne respirais plus, mon cœur a failli s’arrêter. Avant je ne réalisais pas combien tu comptais pour moi mais en un instant tout c’est éclairé en moi. Ce brusque énervement quand tu parles à d’autre garçon, le fait que je m’inquiète beaucoup trop pour toi, cela ne peux vouloir dire qu’une seule chose…

Il prit une grande inspiration comme pour se lancer à l’eau

- Je t’aime, dit il en rougissant comme une pivoine.

- Moi aussi, dit elle en essayant de le serrer dans ses bras

Finalement leurs lèvres parvinrent à se toucher et le rêve d’enfance d’une petite fille venait enfin de se réaliser. Peu après une ambulance arriva, emportant Kazuha. Heiji rentra à la base en affichant un air morose tout en étant soulagé que ses sentiments soient partager. A son retour il put voir que tout le monde était rentré mais les visages qu’il pouvait observer était tous grave et reflétait une inquiétude impressionnante. Ce changement d’attitude par rapport à la veille l’inquiéta et alors qu’il allait prendre des nouvelles, il vit Shinichi lui faire signe.

- Comment ça se présente ?demanda-t-il bien que sachant déjà la réponse

- Mal ! Très mal ! Ils sont bien plus nombreux que prévu et disposent d’un arsenal d’une puissance équivalente au notre à peu de chose près, répondit Akai

- Mais au fait où est Kazuha ?demanda Ran

Heiji raconta rapidement ce qui s’était passé en omettant la scène du baiser. Les filles s’inquiétèrent pour Kazuha mais Heiji leur avait certifié qu’elle était hors de danger alors elles préférèrent ne plus parler de ça de peur de rendre encore plus tendu l’atmosphère qui se dégageait dans tout le bâtiment. Cependant elles demandèrent l’autorisation de la rejoindre à la clinique, une autorisation qui leur fut accordé immédiatement puisque elles seraient éloigné du danger et ça en arrangeait plus d’un.

Peu de temps après, Black les rejoignit, la mine sombre comme toutes les personnes présentent mais un faible sourire éclairait son visage.

- Il est temps de passer à l’action
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinattori
Le Ficceur Fou
avatar

Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Retour inattendu   Sam 23 Sep - 8:00

Chapitre 13 :

La nuit étant enfin tombé, ils purent passer à l’action. Tandis que le FBI entrait en tête dans le bâtiment, suivi de près par une partie de la brigade d’intervention de Tokyo, la police d’Osaka et le reste des policiers de Tokyo se tenaient à coter des issues pour pouvoir bloquer les éventuels fuyards ou pour protéger les hommes dans le cas ou l’ennemi serait plus fort qu’eux. La première phase de l’opération était de réussir à infiltrer le bâtiment sans se faire repéré. Si l’inverse se produisait, ils perdraient l’effet de surprise et les chances de parvenir à faire un gros coup de filet en seraient considérablement diminuées. Malgré l’énormité des moyens employés dans cette opération, aucun bruit ne se faisait entendre. Les hommes, soucieux de ne pas faire échoué un plan si savamment réfléchit, diminuaient leur vitesse au maximum tout en restant suffisamment rapide pour ne pas s’attardé inutilement en terrain hostile. Ce fut donc laborieux mais vingt minutes plus tard, tous le monde se trouvait dans la place, prêt à donner le meilleur de sois même pour la sécurité et la protection de la capitale. La phase deux consistait à neutraliser les moyens de surveillances qui, si non repéré, pouvaient mettre en péril la mission. Ils se séparèrent donc en deux groupes :

Le premier, dirigé par Maigret et Shiratori, devait se rendre au poste de contrôle afin de déconnecter les caméras.
Le second, dirigé par Black et Jodie, continuait de pénétrer à l’intérieur des lignes adverses en prenant toutefois garde à ne pas se faire repéré.

Au moment de la séparation, Black réitéra les conseils donnés à Maigret en cas d’ennui. Ce dernier, bien qu’il ait fait du combat contre le crime son métier, écouta attentivement en sachant bien que la personne qui lui parlait connaissait bien mieux leurs adversaires qu’eux. Ils finirent en se serrant la main et en souhaitant mutuellement bonne chance.

Un groupes de 3 personnes restèrent en arrière au cas pour couvrir et aider à transporter les blesser. Et ce n’est qu’après ça que nos héros purent reprendre leur chemin. Ils marchèrent longtemps sans rencontrer de caméra, à tel point qu’ils se mirent à douter qu’ils étaient dans la demeure de la plus grande organisation du crime jamais créé. Au moment où le doute atteignit son apogée, un appel de Sato et Takagi vinrent les rassurer sur le lieu où il se trouvait. D’après eux une voiture noire dont la totalité des résidents étaient habillés en noir venait d’être intercepté avant qu’il ne puisse rentrer à leur base. La fouille du véhicule montra qu’ils transportaient une grosse somme d’argent ainsi que de la drogue en barre. Il n’en fallut pas plus pour que le moral de l’équipe remonte en flèche et qu’ils se décident à reprendre l’exploration. Quelques minutes plus tard, Maigret les informa que les caméras étaient désactivées. A partir de ce moment, le rythme auquel avançait l’équipe s’accéléra et les prises se firent de plus en plus nombreuses…Jusqu’à ce que le premier étage soit entièrement sous le contrôle des défenseurs de l’ordre. La seconde partie des policiers de Tokyo entra dans l’immeuble pour sécuriser l’entré. Le groupe repartit donc, guidé par Maigret aux étages supérieurs et ce fut au deuxième qu’ils finirent par être découvert. A partir de ce moment, les échanges de coup de feux commencèrent à se faire entendre. Nos héros se débrouillaient plutôt bien :

Shiho visait avec précision les ennemi et les abattait chacun leur tour sans éprouver la moindre pitié.
Kaito utilisait avec une grande adresse son pistolet à carte pour désarmer ses adversaires, ce qui permettait à Makoto de les achever à coup de karaté.
Shinichi alliait parfaitement pistolet et karaté, couvert efficacement par le professeur Jodie.
Black et Akai étaient sans conteste les plus dangereux du fait de leur expérience respective et de leur faculté de tir et de visée particulièrement développé.

Cependant les adversaires les plus coriaces décidèrent enfin de se montrer. Les combattants se mirent en place :

Gin VS Akai
Vermouth VS Jodie
Vodka VS Kaito
Chianti VS Shiho
Korn VS Makoto

Les affrontements s’enchaînèrent à une vitesse éblouissante, sans même avoir eu le temps de réaliser, Kaito et Makoto étaient à terre, se vidant progressivement de leur sang. La colère de Shinichi monta en flèche mais ce ne fut rien comparé à ce qui arriva quand Jodie s’écroula elle aussi. Shinichi eu l’impression qu’un voile rouge lui bandait les yeux, il avait atteint le point de non retour. Akai se débrouillait bien face à Gin et Shiho avait déjà éliminé Chianti et Korn au prix de nombreuses balles et éraflures. Elle se trouvait désormais face à Vodka mais n’avait plus la force nécessaire à le combattre. Une balle suffit pour qu’elle aille rejoindre ses compagnons au sol. Mais au moment où il allait l’achever, il sentit une douleur intolérable dans le bras droit.

C’était Shinichi qui lui avait envoyé une dague dans le bras afin de l’empêcher d’achever son action. Une seconde plus tard, l’arme de Vodka glissa au sol grâce à une balle parfaitement bien envoyé. Il lui perfora de deux balles les chevilles et d’une balle l’épaule gauche afin qu’il ne puisse ni s’enfuir ni se suicider. C’est à ce moment qu’il remarqua que Korn s’était relevé et s’apprêtait à récupérer son fusil sniper. Il couru le plus vite qu’il pu mais ne réussi pas à l’en empêcher. Une balle lui transperça le gilet pare balle, puis une autre. Un filet de sang coulait de sa bouche tandis qu’il allait lui infliger une troisième fois le même supplice que précédemment. Il n’en eu néanmoins pas le temps, désarmé in extrémiste par Shiho. Il n’en fallu pas plus à Shinichi pour qu’il se relève et l’achève avec une prise de Karaté puissamment exécuté. Il arriva enfin le tour de Gin, celui qui avait voulu l’empoisonner sans y parvenir. Chacun avait assez de munition pour mener ce combat à son terme. Ils tirèrent donc, aucun des deux n’esquiva. Cela se jouerai au plus résistant. Shinichi, fatigué par deux combats éprouvants, tomba à terre le premier. Il tenta de se relever mais arrivait à peine à tenir sur ses pieds. Gin ramassa le couteau qu’il avait jeté à Vodka, couru vers lui et lui enfonça dans le poumon gauche. Il se retourna en souriant, sachant que sa victime finirait par mourir d’asphyxie. Mais il ne vit pas arrivé le coup fatal, le même couteau que celui avec lequel il avait poignardé son ennemi se retourna contre lui et le frappa à la gorge, il mourut instantanément en croyant avoir gagné.

Kaito et Makoto se relevèrent difficilement, aidé par Araide et Black. Shiho et Jodie ne se relevaient pas, trop blessé pour pouvoir continuer. L’état de Shinichi était le plus inquiétant, blessé au poumon et ayant de nombreuses plaies dues à ses affrontements précédents, les risques qu’il meure étaient élevés. Des médecins virent avec des brancards pour les amener aux ambulances qui elle-même les amèneraient à l’hôpital.

- Une bombe ! Il y a une bombe !cria un agent du FBI

Un mouvement de panique se fit sentir, tous refusaient de rester dans un endroit aussi dangereux et il était l’avis général d’évacuer. Même Black ne put les faire maintenir à leurs postes et il fut décidé de s’en aller. Le bâtiment étant débarrassé de toute présence humaine possible, en effet les personnes les plus gravement blesser fut laissé sur place, abandonné à leur sort. Shinichi en sachant ça, n’accepta pas qu’ils s’en sortent si facilement. Grâce à un tour enseigné par Kaito, il fit apparaître un nuage de fumée sui une fois dissipé montrait que le jeune homme avait déserté les ambulanciers.
Alors que l’attente de l’explosion se faisait sentir une forme noire apparue et surprit les gardes placés de sorte à empêcher quiconque de rentrer dans une zone dite « interdite au public ». Il ne lui fallu que peu de temps pour atteindre la bombe, il refit le chemin en sens inverse et au lieu de repasser devant le garde il s’envola grâce à son deltaplane. Tous purent le voir, l’homme au masque et au costume identique au livre écrit par Yusaku Kudo, Night Baron. Il était de retour mais nul ne savait si c’était pour les aider ou pour les affronter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinattori
Le Ficceur Fou
avatar

Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Retour inattendu   Sam 23 Sep - 8:00

Chapitre 14 :

Hors fic : Ce chapitre est un chapitre double, ce qui signifie que le début du prochain chapitre sera identique mais que le dénoument est différent. J'espère que ça ne vous gènera pas trop.

Fin sombre :

Un temps paraissant infiniment lent se déroula entre ce moment et le moment ou il s’envola. Les autorités de police ne réagirent pas pour ordonner de le rattraper et de l’arrêter, réaction sûrement due au fait qu’il était en possession d’une bombe et que toute poursuite pourrait la faire explosé. Le sort de millier de gens dépendait d’une personne, et comble de surprise, il dépendait d’un célèbre voleur extrêmement doué pour le lancer de dague. Les forces restantes en Shinichi, déjà faible car il avait eu peu de temps pour récupéré, s’amenuisait au fil de son vol mais s’il se posait la capitale et ses habitants étaient condamnés. Il ne pouvait les abandonné, de plus lui-même n’en réchapperait pas. Il prit donc une grave décision, la seule qui lui semble possible pour sauver tout le monde avec cependant un sacrifice. Le sacrifice c’était lui, un devait le faire pour la survie de tous. Il reprit son envol et trouva ce qu’il cherchait, la réserve d’eau de Tokyo ! Il ne restait que 20 secondes au chronomètre de la bombe, après il serait trop tard alors il jeta la bombe avec l’énergie du désespoir avant de tomber lui-même dans cette vaste entité d’eau. L’explosion arriva, faisant ébranler les bases de la cité sans pour autant la détruire. Le volume d’eau fut suffisant pour contenir l’explosion et en même temps ce fut la fin de Night Baron. Son corps désintégré dans l’explosion était destiné à ne jamais être retrouvé, ce fut la fin du plus fin détective ainsi que du plus fin cambrioleur. Sa mission accomplie il rejoint le ciel où il demeurerait toute l’éternité.

Quand le FBI et la police arriva sur les lieux,il ne trouvèrent qu’un bassin vide dont toute l’eau s’était évaporé et à l’intérieur seul restait la bombe,tout du moins ce qui n’avait pas explosé. Nul corps, nul dépouille le laboratoire conclu ce qui c’était exactement passé, le corps était désintégré.

Pour Ran la nouvelle de la mort de son fiancé fut bien plus rude que pour ses amis. Certes ils l’avaient bien connu mais Ran devait se marier avec lui et de ce fait son rêve d’enfant se serait réalisé. Les parents du malheureux étaient aussi très touché mais se disait que Shinichi avait eu la fin qu’il méritait, il avait vaincu une organisation criminelle et avait sauvé une cité de la destruction, nombreux sont ceux qui rêveraient de pouvoir finir comme ça. Les obsèques puis l’enterrements eurent lieu, même ses parents ne purent la consoler. La grande surprise était que Shinichi avait laissé un testament. Ce dernier comportait trois lettres, une pour ses parents, une pour ses amis et une pour Ran. Chaque lettre fut remise à son destinataire et tous lurent en même temps.

Lettre pour les amis :

Mes chers amis si vous lisez ses mots cela veut dire que j’ai péri. Si j’ai choisis d’écrire une lettre à la place d’un testament oral c’était pour pouvoir tous vous dire individuellement et dans l’intimité. Voilà les vœux que j’aimerai que vous fassiez en mémoire de ce que je n’ai pu voir de mon vivant.

Kaito et Aoko, vivez heureux votre amour et n’ayez pas honte de le révéler au grand jour. Kaito maintenant que l’organisation est battue, Kid va devoir disparaître, pour ceci j’ai préparé un vol qui te fera plaisir.

Heiji et Kazuha, même chose. Heiji maintenant que je ne suis plus, montre à quel point tu es un grand détective alors ne me déçoit pas.

Sonoko et Makoto, même chose que dit à Kaito et Aoko. Makoto je compte sur toi pour devenir le champion du monde de Karaté, tu en as la capacité et je sais que tu peux l’exploité.

Saguru, étant mort je compte sur toi pour devenir le successeur de Holmes, notre idole en commun.

Shiho, tu ne dois pas fuir ta destinée

Ma dernière volonté c’est que tout l’argent que j’ai amassé soit redistribué parmi les personnes ici cité en l’occasion de leur mariage respectif.

Lettre pour les parents :

Maman, papa j’ai fais mon temps maintenant que ma vie est fini il y a des choses que je dois vous dire. Si Ran et moi n’avons pas eu le temps de nous marier je compte sur vous pour vous occupez d’elle et la consoler. Papa j’aimerai que vienne la fin de Night Baron afin que les lecteurs ne pensent pas que je suis un voleur, ma dernière volonté est…

Ran déchira sa lettre en pleurant toute les larmes de son corps. Shinichi était la personne qui comptait le plus pour elle, ne plus l’avoir c’était comme si sa raison de vivre s’en était aller. Alors elle prit une solution, lâche peut être mais après toute ces années à l’attendre, elle ne supporta pas de savoir que finalement jamais plus elle ne le reverrait.

De retour chez eux, Eri et Kogoro eurent la surprise de voir leur fille gisant sur le sol. Kogoro se pencha sur elle pour voir si elle respirait.

- Elle est…, commença Eri

Kogoro approuva en hochant la tête macabrement. Un peu plus loin, une autre personne se suicida. Ce fut Shiho qui maintenant que Shinichi ne pouvait l’en empêché, partit rejoindre sa sœur décédé.

A côté de Ran se trouvait un mot, quand Kogoro le lut, des larmes coulèrent de ses yeux tandis qu’il serrait Eri dans ses bras.

Il y avait marqué : J’arrive Shinichi

Et ces deux âmes continuellement séparé durant trois années trouvèrent enfin la paix ainsi que leur aimé.

Chapitre 15 :

Fin heureuse :

Un temps paraissant infiniment lent se déroula entre ce moment et le moment ou il s’envola. Les autorités de police ne réagirent pas pour ordonner de le rattraper et de l’arrêter, réaction sûrement due au fait qu’il était en possession d’une bombe et que toute poursuite pourrait le faire explosé. Le sort de millier de gens dépendait d’une personne, et comble de surprise, il dépendait d’un célèbre voleur extrêmement doué pour le lancer de dague. Les forces restantes en Shinichi, déjà faible car il avait eu peu de temps pour récupéré, s’amenuisait au fil de son vol mais s’il se posait la capitale et ses habitants étaient condamnés. Il ne pouvait les abandonné, de plus lui-même n’en réchapperait pas. Il prit donc une grave décision, la seule qui lui semble possible pour sauver tout le monde avec cependant un sacrifice. Le sacrifice c’était lui, un devait le faire pour la survie de tous. Il reprit son envol et trouva ce qu’il cherchait, la réserve d’eau de Tokyo ! Il ne restait que 20 secondes au chronomètre de la bombe, après il serait trop tard alors il jeta la bombe avec l’énergie du désespoir avant de tomber lui-même dans cette vaste entité d’eau. Mais au moment ou il croyait être venu sa fin, une personne vêtue de blanc arriva à point pour le rattraper. Shinichi sourit en voyant son ami, même dans les cas les plus désespéré ils étaient toujours là pour l’aider. Mais avant d’avoir pu dire une parole pour le remercier, il s’évanoui, ses forces l’ayant abandonné. Il se réveilla à l’hôpital trois jours après. Autour de lui se trouvait ses amis, jamais il n’avait douté d’eux et cela ne risquait pas d’arriver. Ran aussi était là, le fait que son fiancé n’ait rien lui redonna sa joie et sa gaieté. Elle s’occupa de lui jusqu’à ce qu’il soit rétabli et bientôt la date du mariage fut annoncée. Il était prévu un mois plus tard, seule date que le médecin pouvait accepter les blessures de Shinichi n’aidant pas la guérison. Le temps passa et ses plaies se refermèrent. Vint le grand jour, celui qu’il avait tant désirer, son père a ses côtés l’aidait à faire son nœud papillon. Il avait l’air grave mais à l’intérieur il était ému. Il regarda son fils droit dans les yeux.

« Et dire qu’il n’y a pas si longtemps c’était un jeune détective lycéen inexpérimenté, maintenant il va devenir un homme. Que le temps passe vite. »Se dit Yusaku

Shinichi lut ces pensées dans son regard, il sourit à son père avant de lui dire :

- Papa…merci

Yusaku haussa un sourcil devant cette réaction inattendu de son fils.

- Merci de m’avoir aussi bien éduqué, de m’avoir toujours appris les bonnes valeur de l’homme et plus important merci de m’avoir permis de devenir le détective que je suis, dit il en lui souriant

Ce sourire rappela à Yusaku le temps ou son fils n’était qu’un bébé. Depuis tout ce temps ce sourire n’avait pas changé.

- Je trouve que tu en fais trop, nous t’avons abandonné pour partir aux USA alors que tu n’avais que quatorze ans. Si j’avais été un père plus responsable, je serai rester

- Oui mais rester seul ici m’a permit de tout apprendre par moi-même, de devenir indépendant et surtout de vivre pleinement toute mon adolescence, l’excusa-t-il

Yusaku lui sourit une fois de plus, tel père tel fils. Il le prit dans ses bras une dernière fois et admira l’homme qu’il était devenu. Enfin il le lâcha et partit rejoindre la salle. Yukiko arriva quelques minutes après le départ de son mari, elle ne pu que s’extasier devant la beauté qu’était devenu son fils. Il avait tout pour devenir un vrai gentleman digne de Ran. Elle sécha les larmes qui commençaient à couler le long de ses joues.

« Mon fils est un homme ! »Se dit elle en souriant

Du côté de Ran tout allait bien. Eri et elle en avait fini avec la robe et elle était prête à rejoindre Shinichi. Son père rentra dans la loge. Ran éblouissait dans sa robe de mariée et lui-même ne put reconnaître au premier coup d’œil la fille qu’il avait élevée.

- Est-ce que je suis belle ?demanda elle en rougissant à cette question

- Tu es magnifique, répondit Kogoro et Eri à l’unisson

- Ran…je voulais m’excuser

- Mais pourquoi ?

- Toute ses années je ne supportais pas Shinichi mais tu as continué à l’aimer malgré mon interdiction et malgré son absence. Tu as montré que tu étais digne de lui mais je doutais qu’il soit digne de toi. Après ce qu’il a fait je corrige ce que j’ai dis et je m’excuse. Vous ferez un très beau couple,finit il par dire en hésitant beaucoup sur la dernière phrase.

Devant l’attitude de son mari Eri sourit et lui prit la main. Ran, voyant ce geste, les prit tout deux dans ses bras une toute dernière fois, puis elle s’en alla enfin avec son père retrouvé l’homme qu’elle avait toujours aimé.

Les cérémonies à l’église et à la mairie furent brèves et bientôt les festivités commencèrent. Tous leurs amis étaient là, ceux du lycée, de la police, du FBI… La grande majorité de la famille aussi était présente. Ce soir fut consacré à la fête, ce qu’ils firent sans se ménager. Les bonnes nouvelles affluaient, Sonoko annonçaient officiellement ses fiançailles avec Makoto, Heiji leur dit que la plus grande partit des hommes en noir avait été arrêté, Kaito leur dit que le Kid était partit, bref une soirée des plus agréables. Vint enfin le moment le plus attendu, celui se déroulant totalement dans l’intimité. La nuit de noce allait commencer. Nul ne sait ce qui s’y est passé mais à la nouvelle de la futur naissance d’un bébé, chacun eu une petite idée.

Le mariage de Sonoko se déroula dans les mêmes conditions. Voyant ses amis se marier, Kaito et Heiji décidèrent de se lancer, ce qui fut bien entendu accepter des dames. Leurs mariages se déroulèrent durant la même année que les précédents. Et Shiho me direz vous ? Son cœur de glace fini par se dégeler et elle fini par céder au charme du professeur Araide avec qui elle s’est fiancé.

Neuf mois plus tard, le bébé de Ran et Shinichi naquit. Les parents réfléchirent à un nom pour le nouveau né quand Ran s’écria :

- Et si on l’appelait Conan ?

Shinichi n’y connaissant rien en nom, se plia au caprice de sa femme. C’est ainsi que pour tout nos héros une nouvelle vie s’offrit avec son lot d’expérience et de plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour inattendu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour inattendu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [REQUETE] Activer le retour clavier sur HTC HD2
» [AIDE] HD2 et retour sav
» [RESOLU] Echange + retour SAV Orange
» [RESOLU] Restauration ROM Officielle et retour SAV
» Echanges "aller-retour"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tantei Mania : la manie des détectives :: Côté Fans :: Fanarts & fictions-
Sauter vers: